couv_suite_rouge_bat-uneAdolescents marginaux fascinés par un des leurs, un pervers au charisme démoniaque, José et quelques autres l’ont suivi aveuglément.
Paniqués par l’horreur vers laquelle leur leader les entraîne inexorablement, ils ont décidé de le mettre à mort pour lui échapper. José s’en est chargé.
Vingt ans plus tard, père de deux fillettes, il les élève dans une vaste villa isolée dominant le massif des Maures. Un oiseau mort flottant dans sa piscine, le cadavre décapité d’un chat sur le seuil de la maison, des ombres furtives glissant entre les arbres…
Les signes obsédants s’accumulent bientôt, d’un passé qui ressurgit et d’un fantôme qui ne veut pas mourir…
“La silhouette était là. À vingt pas de moi. Se dandinant mollement. Il semblait onduler avec le vent, les bras le long du corps. Dressé dans une intention précise. Me faire savoir que tout était en place, que la fête allait commencer.”
Après Traces, prix Quais du Polar 2007, François Boulay revient avec l’atmosphère de pure angoisse qui caractérise son écriture.

Un commentaire

Leave a Comment.